La Française se lance un défi de taille en devenant la première championne du monde de judo à se lancer officiellement dans les mixed martial arts. Entretien.
La nouvelle fait l’effet d’une bombe dans l’univers des sports de combat. Morgane Ribout, championne du monde de judo en 2009, qui a raccroché le kimono en 2014, va entamer une nouvelle carrière… dans les arts martiaux mixtes (MMA) ! À 28 ans, elle prend le risque de sortir de sa zone de confort pour tenter une toute nouvelle expérience dans une discipline particulièrement décriée en France.
Retour à la case départ pour celle qui, en 2009, avait conquis le cœur du grand public du haut de ses 21 bougies. À l’époque, pour sa première participation à un championnat du monde, elle avait livré une compétition éblouissante, tout en panache, qui lui a permis de monter sur le toit du judo mondial. Elle aurait dû y rester mais après cinq années de galères, la coupe est pleine et la blondinette raccroche le kimono… avant de décrocher les gants deux ans plus tard ! Un symbole fort pour le judo français. Pire, un nouveau camouflet. Car entre le judo et le MMA, c’est l’amour vache. En privé, bon nombre de judokas respectent, apprécient (et pratiquent même) les arts martiaux mixtes. Pourtant, officiellement, les « têtes pensantes » du premier sport de combat du pays (442 865 licenciés au 30 octobre dernier) ne veulent pas entendre parler du MMA. Pire, ils font tout pour le réduire au silence absolu, arguant toute sorte d’arguments fallacieux. Les déclarations à l’emporte-pièce de Jean-Luc Rougé, le président de la Fédération française de judo, sur le sujet ne font qu’illustrer ce malaise ambiant.
Pourtant, les points communs et les « ponts » entre ces deux disciplines sont bien plus nombreux qu’il n’y parait. En effet, tout le monde a déjà entendu parler de Ronda Rousey, superstar de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) et 3e athlète féminine la mieux payée au monde en 2016 selon Forbes (derrière les joueuses de tennis Serena Williams et Maria Sharapova). La championne américaine était en effet judoka avant de monter dans la cage (3e aux Jeux olympiques en 2008 et 2e des championnats du monde 2007). Et ce n’est pas la seule transfuge puisqu’une autre de ses compatriotes, Kayla Harrison (double championne olympique 2012-2016), vient d’annoncer qu’elle allait bientôt commenter des combats de MMA, avant un éventuel premier combat fin 2017. De son côté, Morgane Ribout s’entraîne d’arrache-pied, préparant son arrivée dans une cage, ce qui fera d’elle la première championne du monde de judo à combattre en MMA. Et à entendre son manager, Ghislain Bryks, cela devrait intervenir au premier trimestre 2017 : « Plusieurs grands noms du MMA dont Marc Godart, le plus célèbre des arbitres européens, nous aident à négocier le premier combat de Morgane avec les différentes organisations. Nous ne nous précipitons pas, même si nous voulons aller assez vite. Rien n’est définitivement fixé pour l’heure si ce n’est une démonstration de MMA, pour le compte du club de la Paris Fight Team, entre Morgane et son coach Bertrand Amoussou, lors du Festival des arts martiaux, le 25 mars 2017. »
Le Point.fr : Il y a un réel malaise en France autour du MMA. Pour preuve, une semaine avant la sortie du rapport parlementaire sur l’étude des combats mixtes, commandé par Manuel Valls, le ministère des Sports a publié début novembre au Journal officiel un arrêté dont les mesures phares interdisent tout bonnement les compétitions de MMA sur le sol français. Et ce, sans que les deux rapporteurs, Patrick Vignal (PS) et Jacques Grosperrin (LR), n’aient été mis au courant ! Quel est ton sentiment sur cette situation ?
Morgane Ribout : Selon moi, c’est l’ignorance qui frappe le MMA en France. Les gens restent sur les ragots et les on-dit qu’ils ont pu entendre sur le MMA. Mais ce sont de graves erreurs. Et puis, ce qu’il faut voir également, c’est que tous ceux qui se sont documentés sur le sujet sont unanimes : le MMA est un sport magnifique. Et il faut l’encadrer davantage que le mettre de côté. Messieurs Vignal et Grosperrin sont des judokas à la base. Et après des mois d’audience et d’analyse sur le sujet, ils en sont arrivés à la conclusion que le MMA avait clairement sa place dans le panorama du sport français.
Comment es-tu arrivée au MMA ?
Cela fait plusieurs années que j’ai cette envie de faire du MMA. Cela a dû commencer vers 2010-2011. À l’époque, Bertrand (Amoussou, ancien membre de l’équipe de France de judo et actuellement président de la Commission française de MMA, NDLR) était mon entraîneur ne-waza (techniques et enchaînement au sol, une composante du judo, NDLR) au Lagardère Paris Racing et nous en avions parlé à cette occasion. Dans mon esprit et dans le meilleur des mondes, je comptais faire les JO 2012, être idéalement championne olympique et arrêter ma carrière de judo pour me lancer dans le MMA. Sauf que rien ne s’est passé comme prévu. Je n’ai pas été sélectionnée pour les Jeux mais j’ai malgré tout continué. Mais au fur et à mesure du temps, mon niveau a fini par s’étioler, les blessures se sont accumulées et j’ai pris la décision de raccrocher. En arrêtant, j’étais jeune (26 ans) et mine de rien j’avais encore le temps de faire de belles choses. Du coup, naturellement, je me suis dit que je ne voulais pas dire des « quand j’étais jeune, j’aurais pu… ». Je suis encore jeune donc je fais !
C’est assez paradoxal puisque, finalement, tu commences à envisager le MMA alors que tu es championne du monde de judo et au sommet de ton art…
Je pense que cette envie est arrivée dans le même temps où les instances du judo ont commencé à légiférer et à resserrer centaines règles fondamentales du judo comme les saisies au pantalon qui sont désormais interdites. Et avec toutes ces restrictions, j’ai eu l’impression de perdre l’insouciance qui me plaisait dans ce sport et qui me caractérisait. J’avais un judo très instinctif, en réaction. Pour moi, c’était naturel mais avec ces nouvelles règles, ça ne l’était plus. À partir de là, tu n’es plus jamais relâché dans ton judo et tout devient compliqué. Et dans le même temps, j’ai été séduite par le côté ludique du MMA : je commençais à visualiser la manière dont j’allais aborder un combat, les opportunités qui pourraient s’ouvrir, les enchaînements et les techniques à placer, etc.
Quel est ton objectif en annonçant ton arrivée dans le MMA ?
C’est une question difficile. Comme je n’ai pas encore fait le moindre combat, c’est compliqué pour moi de dire « je veux faire ci » ou « je veux être ça ». Pour l’heure, mon unique objectif, c’est de devenir la combattante la plus complète possible. Ensuite, évidemment, je suis une compétitrice, je ne veux pas me contenter d’un petit combat comme ça et bien sûr qu’au fond de moi, j’ai envie de voir des étoiles. Mais je ne m’emballe pas, le MMA est un sport très intense. Physiquement, intellectuellement, psychologiquement. On est sur la même longueur d’onde avec mon entraîneur et mon manager : on veut monter progressivement, pas à pas. Mais vite quand même aussi (rires) !
Tu fais donc plutôt profil bas…
C’est mon tempérament qui est comme ça. Je ne vais pas arriver et dire « je vais casser la baraque » ou « je vais éclater tout le monde ». Même dans le judo, je n’étais pas comme ça. Là, c’est pareil. J’essaye de m’entraîner le mieux possible et de donner le meilleur. Ensuite, ce qui est au fond de moi, cette motivation, cette rage et cette envie que j’ai dans les tripes, ça m’appartient. Mais avant cela, il y a du travail. Et énormément de travail.
Et des doutes aussi ?
Énormément ! Bien sûr, il y a énormément de questions que je me pose. Est-ce que je vais être performante ? Mon corps va-t-il réussir à encaisser les coups alors que sur la fin de ma carrière je ne faisais que me blesser ? Est-ce que je vais reproduire dans la cage ce que je travaille à l’entraînement ? Tous ces questionnements trottent dans ma tête, mais c’est normal et c’est d’une certaine manière ce qui me motive. C’est un nouveau sport pour moi et, sans une énorme dose d’humilité, on est foutu ! Je pars du judo où j’ai été championne du monde. Je ne peux presque que faire moins bien ! J’ai conscience de cela. Mais le plus important pour moi, c’est d’avoir retrouvé cette flamme, cette passion.
Une autre judoka a fait trembler les cages du MMA avec succès : Ronda Rousey. Quel regard portes-tu sur son parcours ?
Elle vient du judo, je ne l’ai jamais eue entre les mains car nous ne faisions pas partie des mêmes catégories (Morgane Ribout combattait en moins de 57 kg tandis que Ronda Rousey officiait en moins de 70 kg, NDLR) mais nous avons participé à des stages internationaux ensemble. On ne parlait pas énormément d’elle à l’époque si ce n’est parce qu’elle était américaine et qu’elle avait réussi à ramener une médaille des Jeux, ce qui n’est pas très fréquent pour la délégation américaine en judo. Mais évidemment que j’ai observé attentivement son parcours, qu’il m’a nourrie, qu’il m’a inspirée. Ne serait-ce que pour le côté « c’est possible ». Mais cela m’a frustré aussi d’un autre côté car je la voyais réussir et moi je continuais dans le judo alors qu’au fond de moi, je voulais faire du MMA.
Quel sentiment gardes-tu de tes dernières années dans le judo ?
Cela a été très difficile car je continuais à faire un sport de haut niveau sans en avoir réellement envie. C’était un cercle vicieux car plus on persévère dans ce choix, plus la résistance intérieure est forte et pire la situation devient. Mais quand vous êtes réellement honnête avec vous-même, vous vous rendez compte à un moment donné que votre place n’est plus là. Je me mentais à moi-même et la situation a duré plusieurs années avant que je sois réellement honnête. J’étais mal à l’aise, mal dans ma peau. Et évidemment, c’est dans ces situations que les blessures s’enchaînent ! Il fallait arrêter, cela ne devenait plus vivable. Je l’ai annoncé à ma famille et à mes entraîneurs. Mes coaches et l’encadrement fédéral ont été très classes car ils ont été fiers de ma décision et m’ont soutenue dans ma démarche.

Laisser un commentaire

Post Navigation