Les prises de position politiques de l’acteur de Piège en haute mer en faveur de la Russie et des séparatistes de Crimée ont officiellement amené les autorités de Kiev à l’interdire de leur territoire.
Après Gérard Depardieu, Steven Seagal ne pourra plus déguster le «borsch» ou les «varniki», ces plats typiques de la gastronomie ukrainienne. Celui qui interprétait un chef cuisinier héroïque dans Piège en haute mer et mangeait des carottes avec le dictateur biélorusse Alexander Lukashenko n’est désormais plus le bienvenu en terres ukrainiennes pour une durée de cinq ans.
L’acteur paye le prix fort de son soutien aux séparatistes russes de Crimée, et vraisemblablement son amitié affichée avec le président Vladimir Poutine, qui lui a certainement valu la citoyenneté russe, obtenue en novembre 2016.
Cette interdiction vient s’ajouter à la longue liste des bannis de Kiev. La candidate russe à l’Eurovision 2017, Yulia Samoylova, ou encore les personnalités arborant un passeport russe comme Gérard Depardieu ou le champion de boxe américain, Roy Jones Jr, y sont également persona non grata.
L’acteur avait d’abord été placé sur la liste noire du service de sécurité ukrainien. Puis une lettre publiée le 5 mai dernier sur le site d’information Apostrophe a révélé la nouvelle de son bannissement pour une durée de cinq ans. La décision y est justifiée du fait d’«actions socialement dangereuses… qui contredisent les intérêts du maintien de la sécurité ukrainienne».
À la suite de l’annexion de la Crimée en 2014 que Steven Seagal qualifiait de «très raisonnable», une guerre culturelle larvée s’est ajoutée au conflit entre les deux pays. Cette récente exclusion, comme cette désormais fameuse liste noire initiée en 2015, s’inscrit dans le cadre de cette politique sécuritaire. Une censure implacable accompagne ces interdictions de territoire. Plus de cent films russes ne seront plus projetés en Ukraine. Au moins jusqu’à nouvel ordre.

(source: lefigaro.fr)

Laisser un commentaire

Post Navigation