Après plusieurs reconversions, Bertrand Roy a enfin trouvé sa voie, dans la création de mannequins d’entraînement en bois.

Bertrand Roy, francilien d’origine, s’est installé dans le Tarn en 2006. Après avoir exercé différentes professions dans l’hôtellerie-restauration, Bertrand décide de devenir chauffeur routier international, il parcourra les routes entre 2006 et 2011.

«J’ai dû arrêter ce métier pour raisons de santé et choisir une nouvelle voie de reconversion, j’ai hésité à devenir homme toutes mains car je suis très manuel, avant de laisser tomber ce projet. J’aime le bricolage et surtout le travail du bois depuis toujours. J’ai fabriqué pas mal de meubles en tant que menuisier amateur, dont mes meubles de cuisine, ou le lit et le bureau que j’ai créé pour mon neveu lorsqu’il était petit. J’ai également construit ma maison à ossature bois en 2007, ça m’a pris deux ans et j’ai du me former sur le tas pour les travaux d’électricité. Mais je n’avais jamais eu l’occasion de vivre de ce travail, maintenant, je suis tourneur sur bois, et pour la première fois de ma vie, à 52 ans, j’ai hâte d’être au lendemain pour aller bosser», se réjouit ce passionné.

Formation efficace

«J’ai suivi une formation en octobre 2015, un stage intensif avec les passionnés de l’Atelier du Cade, dans les Alpes de Haute-Provence. J’ai eu la tête comme une pastèque, mais ça a été efficace», poursuit Bertrand, qui exerce désormais une profession unique en France, fabricant d’objets d’entraînement en bois pour arts martiaux.

«L’idée m’est venue en discutant avec mon frère, prof d’arts martiaux, qui se plaignait du manque de constance en terme de qualité dans les objets bois et les mannequins utilisés lors des entraînements, car la plupart de ces produits viennent de Chine aujourd’hui. Je me suis tout de suite mis au travail, j’ai réalisé mes premiers Taï Ji Bang, sorte de bâtonnet utilisé pour les exercices de Taï Chi et acheté un tour Besombes industriel pour pouvoir usiner de plus grosses pièces de bois. Je ne maîtrise pas encore tout à fait son utilisation, je cherche d’ailleurs des personnes sachant l’utiliser pour me perfectionner», interpelle notre tourneur.

«J’utilise exclusivement des essences de hêtre ou d’acacia (30 ans d’âge) pour leurs qualités de bois dur et très dur, mais aussi du pin douglas, selon les pièces à concevoir. J’ai à présent dépassé le stade de la confection des objets d’entrainement et mannequins sur socle ou ressorts utilisé pour le Kung-Fu ou le Wing Chun, et amélioré sensiblement leurs finitions. Mon site Internet de vente en ligne est opérationnel, je peux réellement démarrer mon activité».

(source: lejournaldici.com)

One Thought on “Le seul fabricant français de mannequins pour arts martiaux

  1. Wingchun on 21 août 2017 at 16 h 49 min said:

    Seul fabriquant français?…. l investigation du journaliste laisse à désirer surtout quand il y a un fabricant dans le meme dpartement depuis 2009… laboutiquewingchun

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation